Voyageur responsable

Partir en vacances, c’est avant tout se faire plaisir, décompresser, découvrir… mais c’est aussi avoir conscience des impacts du tourisme : formidable vecteur de développement, il peut aussi avoir des conséquences graves sur l’environnement et les populations.

Aujourd’hui, une nouvelle dimension du voyage s’offre à nous : le voyage responsable ! Vous êtes 7 voyageurs sur 10 à être prêts à voyager responsable… Mais combien d’idées reçues avez-vous sur le voyage responsable ? Pensez-vous encore qu’il s’agit d’un voyage baba cool, à l’autre bout du monde ? Etes-vous de ceux qui y voient un séjour cher ou au confort rudimentaire ?

Ce qui suit vous guérira définitivement de vos vieilles croyances : c’est un voyage qui nous emmène à la découverte de l’autre, de son environnement naturel et culturel, qui rime avec plaisir d’être en vacances, tout simplement !

 

AVANT VOTRE VOYAGE :

1. CHOISISSEZ LE MODE DE TRANSPORT LE PLUS ECOLOGIQUE

eg-011

Partir en vacances, c’est avant tout se faire plaisir, décompresser, découvrir… mais c’est aussi avoir conscience des impacts du tourisme : formidable vecteur de développement, il peut aussi avoir des conséquences graves sur l’environnement.

« Le tourisme est la fois victime et responsable du réchauffement climatique, il contribue pour près de 5% à l’émission des gaz à effet de serre », estime Francesco Frangialli, Président de l’Organisation Mondiale du Tourisme de 1996 à 2008. L’avion dégage 40% des émissions de CO2 engendrées par le tourisme ! Il est donc inévitable de réguler nos déplacements de façon judicieuse, sans pour autant arrêter de voyager.

Avez-vous une idée de l’impact de votre déplacement sur l’environnement ? Non? Alors, avant de partir, pensez à comparer l’impact environnemental des différents moyens de transport grâce à l’Eco-comparateur® réalisé en collaboration avec l’Ademe. Vous découvrirez ainsi le prix, la durée ainsi que les émissions de CO2 de votre voyage.

L’idée n’est pas d’arrêter de voyager, mais de mieux voyager et de réduire au maximum les émissions de CO2 liées à votre déplacement. Si votre destination est lointaine et que vous prenez l’avion, optez plutôt pour un voyage de longue durée, pour un vol direct (les escales sont fortement émettrices de CO2) et choisissez une compagnie qui s’engage pour un transport plus responsable.

Très souvent, le train s’avère être la solution la plus écologique : un trajet Paris-Nice en train rejette 20 fois moins de CO2 dans l’atmosphère qu’un voyage en avion, et presque 40 fois moins que la voiture ! Le train peut vous permettre de vivre une expérience inoubliable en France, en Europe ou dans des contrées plus lointaines!

Lorsque l’alternative est possible, le covoiturage est largement plébiscité, et, en empruntant les petites routes, les dépenses d’essence diminuent…

Et pourquoi ne pas renouer avec des loisirs ou bien des transports doux comme le vélo, le cheval, la roulotte, le bateau à voile ou encore la marche ?

 

2. « COMPENSEZ » VOS EMISSIONS DE CO2

eg-022

Plusieurs programmes permettent de compenser votre voyage et soutenir des projets de lutte contre le réchauffement climatique. Les sommes ainsi versées pour la compensation (quelques euros) servent à financer des projets d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables dans les pays en développement. Il s’agit d’un acte responsable et solidaire, qui, même s’il ne résout pas entièrement le problème de la pollution, permet également d’améliorer les conditions de vie des populations du sud.

A titre d’exemple, un aller-retour Paris-New York en avion émet environ 2,5 tonnes de CO2, ce qui équivaut à une compensation de 38€. Grâce à ces dons, l’association « Action Carbone » finance par exemple la fabrication de charbon « vert » à partir de résidus agricoles au Sénégal, « Climat Mundi » une usine hydroélectrique au Mexique, et « CO2 Solidaire » le développement de l’architecture solaire passive en Afghanistan et dans l’Himalaya indien.

D’après une étude TNS-Sofres / Voyages-sncf.com, 66 % d’entre vous seraient prêts à compenser l’empreinte carbone de votre voyage. Mais la marge est encore grande entre l’intention et le passage à l’acte. Alors, n’attendez plus pour vous lancer !

Ce procédé a évidemment ouvert la voie aux polémiques : certains y voient un marché juteux en exploitant la prise de conscience des consommateurs, d’autres décèlent une façon détournée de continuer à polluer. Ces détracteurs expliquent qu’il serait nettement préférable de réduire la pollution à la source, individuellement, voire en interpelant chaque gouvernement pour l’utilisation d’autres énergies renouvelables alternatives au pétrole.

Ces divergences d’opinion mises à part, la compensation carbone révèle qu’un changement profond est nécessaire…et déjà en route ! Et que chacun peut agir !

 

3. RENSEIGNEZ-VOUS SUR LA CULTURE DU PAYS D’ACCUEIL OU DE LA REGION

Faire un voyage, aller à la rencontre de l’autre pour partager et échanger dans une culture qui n’est pas la nôtre implique de s’imprégner des codes qui diffèrent d’une culture à une autre. Une façon de s’ouvrir et d’accueillir la nouveauté et de vivre des moments inoubliables.

Parfois vos hôtes ont des idées reçues, véhiculées par les médias (peu d’endroits du monde sont vierges d’antenne satellite) ou bien par nos prédécesseurs peu soucieux de leur comportement. Vous ouvrez une voie, quelle qu’elle soit, ne l’oubliez pas, d’autres vous suivront.

Quelques trucs et astuces pour tous vos voyages :

· Apprenez quelques mots avant de partir : c’est pratique et ça permet de nouer des liens avec vos hôtes!
· Pensez à bien demander la permission avant de prendre des photos, et encore mieux, les envoyer à votre retour!
· Prenez garde à votre tenue vestimentaire, particulièrement dans certains lieux de cultes ou dans la rue.
· Donnez des pourboires en rapport avec le coût de la vie.
· Négociez avec le sourire !
· Evitez de mettre en évidence vos objets de valeurs.
· Si vous amenez des fournitures, les enfants seront ravis mais le mieux c’est de les donner au professeur, car les dons isolés peuvent inciter à la mendicité et à la déscolarisation!
· Evitez de donner des confiseries, les enfants n’ayant pas toujours de brosse à dents.
· Quant aux médicaments, préférez les donner aux hôpitaux et dispensaires et gardez en tête que beaucoup de personnes dans le monde se soignent très bien avec les plantes.
· Respectez le patrimoine culturel (ex : je ne grave pas mon nom pour la postérité !). « Le patrimoine culturel est unique et irremplaçable. De simples gestes comme caresser de la main une statue de marbre provoquent un désastre quand ils sont répétés des milliers de fois » précise la Charte Ethique du Voyageur.

Et selon le pays que vous allez visiter :

· On se déchausse avant de rentrer dans les cabines d’essayage au Japon
· On n’évite de manger son tajine de la main gauche au Maroc (désolé pour les gauchers !)
· On ne caresse pas la tête d’un enfant au Viêt-Nam
· On indique une direction avec la paume de la main et non avec l’index en Thaïlande
· On ne s’énerve pas en Chine, c’est une attitude très mal perçue.

Renseignez-vous dans les guides touristiques et sur certains sites Internet qui vous orienteront vers les bons choix pour adopter les bonnes attitudes.

 

4. PREPAREZ UN SAC DE VOYAGE RESPONSABLE

Eh oui, être un voyageur responsable, ça commence par la valise ! Ces prochaines vacances sont l’occasion idéale pour passer à l’acte !

Allégez au maximum votre sac ou valise car en voyageant léger, vous diminuez votre impact sur l’environnement. Pourquoi? Des kilos en moins, c’est une réduction de la consommation de carburant, donc moins de CO2 !

Mieux vaut limiter dans vos bagages les emballages qui seront laissés sur place, et quand viendra le temps de rentrer à la maison, pensez à bien ramener les déchets non destructibles comme les piles et les sacs plastiques. En effet, de nombreuses villes et davantage les villages ne peuvent recycler les déchets. Et en France, encore 150 millions de sacs plastiques (sur les 17 milliards distribués chaque année), se retrouvent sur le littoral. Résultat : souvent, dauphins et baleineaux s’étouffent avec.

Utilisez des shampooings et crèmes bio, c’est bon pour vous et pour l’environnement, que demander de plus ?! Et prenez une gourde, à remplir à loisir, car ce sont des économies de bouteilles en plastique!

N’oubliez pas votre guide touristique, idéal pour appréhender mieux le pays ou la région que vous allez découvrir et ainsi vous imprégner des codes, éviter les malentendus et apprendre quelques mots! Dévorez également le Guide du Routard Tourisme Durable : des écogestes, des adresses, des bons conseils…

Et avant de partir en vacances, n’oubliez pas d’éteindre chez vous les appareils en veille et le compteur d’eau : la consommation d’une télé en veille pendant 24 heures équivaut à 3 heures d’utilisation et un robinet qui fuit peut gaspiller plus de 25 litres par jour!

 

5. CHOISISSEZ UN HEBERGEMENT OU UN VOYAGISTE ENGAGE

Combien d’idées reçues avez-vous sur le voyage responsable ? Pensez-vous encore qu’il s’agit d’un voyage baba cool, à l’autre bout du monde ? Etes-vous de ceux qui y voient un séjour cher ou au confort rudimentaire ?

Ce qui suit vous guérira définitivement de vos vieilles croyances : c’est un voyage qui nous emmène à la découverte de l’autre, de son environnement naturel et culturel, qui rime avec plaisir d’être en vacances, tout simplement !

Stop aux idées reçues !!!

« Un voyage responsable n’est pas compatible avec mes envies de voyages » :
Vous êtes 34% à penser que le voyage responsable n’est pas compatible avec vos habitudes… Faux ! Le voyage responsable, c’est pour tout le monde, quelque que soit votre style de voyage : en France, à l’étranger, en camping, en hôtel club, en chambre d’hôtes, à la montagne, à la mer, en ville, pour tous les budgets…

« Un voyage responsable, c’est de l’humanitaire » :
57% des voyageurs estiment qu’il s’agit de participer à un chantier ou de faire du bénévolat, alors que c’est un voyage normal, où l’on vient passer un bon moment tout en adoptant un comportement citoyen. Si vous souhaitez partir en voyage humanitaire, dans quelques domaines que ce soient (écologique, santé, éducation…), pensez à vous adresser à des associations telles que « A Pas de Loup » et participez au Trophée du Voyage Humanitaire Routard.com, organisé par Voyages-sncf.com.

« Voyager responsable, c’est plus cher » :
34% des voyageurs pensent qu’un voyage responsable est plus cher : pas forcément! Si l’on compare en termes de prestations équivalentes à un voyage « classique », le prix des voyages responsables est le plus souvent identique…Et mieux vaut payer un peu plus cher pour un voyage qui profite réellement aux populations locales et permet par exemple de soutenir des projets de développement local !

« Voyager responsable, c’est dormir sur une paillasse, sans eau, ni électricité, autrement dit c’est tout sauf confortable » :
Vous êtes encore 34% à être d’accord avec cette affirmation! Détrompez-vous! De nombreux hébergements responsables vous proposent un séjour de grande qualité ! Certains hôtels de luxe mènent même une politique environnementale poussée… Eh oui!

« Voyager responsable, c’est seulement dans des petits hébergements » :
Des hôtels club commencent également à adopter une démarche responsable, la preuve que tourisme de ‘masse’ et tourisme responsable ne sont pas forcément incompatibles !

« Voyager responsable, c’est seulement dans les contrées lointaines et à la campagne » :
Eh bien non ! Voyager responsable en France, c’est possible! De nombreux hébergements (chambres d’hôtes, hôtels, camping, yourtes…) agissent pour l’environnement et le développement durable. Et il est tout à fait possible de voyager responsable en ville : à Paris, Nantes, Nice ou encore dans les capitales européennes !

Voyager responsable, c’est un comportement d’achat

Voyage responsable, c’est aussi choisir d’être à la fois consommateur et citoyen, autrement dit se poser la question de l’impact de ses choix de consommation sur l’environnement, l’économie locale, et les populations.

9 voyageurs sur 10 estiment que l’offre de voyages responsables n’est pas facile à trouver… Les labels, le Guide du Routard Tourisme Durable, et les sites internet (Voyage pour la planète, Voyageur responsable…) sont là pour vous aider dans votre choix !

Le choix de la destination

En France, préférez les destinations dans lesquelles des mesures concrètes sont prises : le Pavillon Bleu valorise les communes et les ports de plaisance qui conduisent des actions en faveur d’un environnement de qualité, les parcs naturels garantissent la protection de la faune et de la flore, et l’Eco Guide des Stations de Montagne (de Mountain Riders) met en lumière leurs politiques environnementales !

Si vous souhaitez partir à l’étranger, favorisez les pays qui s’engagent de manière forte pour un tourisme plus responsable : le Costa Rica a axé sa politique touristique vers l’ecotourisme depuis presque 20 ans, le Mexique a un excellent réseau de tourisme rural…

Le choix du voyagiste

Quand vous réservez un voyage, n’oubliez pas de demander à votre agence quels sont ses engagements en matière de tourisme responsable : Avez-vous une charte pour l’environnement ? Vos hôtels ont-ils une politique environnementale? Quelle est la répartition du prix du voyage? Les populations locales sont- elles concertées?

Le but étant de faire évoluer les pratiques touristiques vers des engagements respectueux des hommes et de l’environnement, si vous le demandez, les opérateurs suivront !

Des labels, marques ou certifications sont également là pour vous aider dans ton choix :

- l’ATES (Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire) a élaboré pour ses voyagistes une grille d’évaluation stricte sur les principes du commerce équitable.
- ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) est une association qui rassemble les voyagistes labellisé pour le tourisme responsable (Allibert, Atalante, Chamina, Voyageurs du Monde…).
- les Trophées du Tourisme Responsable : il s’agit d’un concours dont l’ambition est de mettre en lumière les actions des professionnels du tourisme. Choisis par un comité de sélection et un jury, composés d’experts connus et reconnus, les nominés et lauréats font partie aujourd’hui des acteurs les plus engagés dans le tourisme responsable.
- Une palette de voyages est à votre disposition : un trek en France, un circuit culturel en Europe, une randonnée dans le désert, un séjour dans une ecoldge loin de tout…

Dans votre agence, évitez de prendre 10 catalogues et gardez en tête que 100 millions de brochures sont publiées chaque année !!! Optez pour la brochure électronique ou demandez à votre agence de vous imprimer les pages qui vous intéressent.

Partir seul

Vous pouvez trouver des idées et des bons plans sur internet : voyagespourlaplanete.com et voyageur-responsable.com sont là pour vous ! Pensez à bien vous renseigner sur la culture et l’environnement du pays ou de la région que vous allez visiter car on a coutume de dire que 25 voyageurs isolés peuvent faire plus de dégâts qu’un groupe de 25!

Le choix de l’hébergement

Chambre d’hôtes, hôtel de luxe, camping, hôtel club, échange de maison : tout est possible !

Un label qui garantit le sérieux de la démarche de développement durable inciterait 87% des Français à choisir un voyage responsable. Connaissez-vous ces labels, certifications ou marques qui sont là pour vous aiguiller ? L’Ecolabel Européen, la Clef Verte, Gîte Panda, Tourisme et Handicap et les Trophées du Tourisme Responsable. Ce concours, composé d’un jury d’experts du tourisme responsable, sélectionne chaque année des lauréats qui, labellisés ou non, sont reconnus pour leur engagement dans le développement durable, en France et à l’étranger. N’hésitez pas à vous renseigner et à consulter les référentiels qui présentent les critères respectés par ces établissements.

Que faire lorsque les destinations ou hébergements ne sont pas labellisés mais vous semblent être sur la route du développement durable ? N’hésitez pas à poser des questions au directeur : l’établissement utilise-t-il les énergies renouvelables ? Est-il engagé dans des projets de préservation de la faune et la flore ? Emploie-t-il des locaux ? Comment sont gérés les déchets ? etc…

 

PENDANT VOTRE VOYAGE :

6. RENSEIGNEZ-VOUS SUR LA CULTURE DU PAYS D’ACCUEIL OU DE LA REGION

eg-062

Faire un voyage, aller à la rencontre de l’autre pour partager et échanger dans une culture qui n’est pas la nôtre implique de s’imprégner des codes qui diffèrent d’une culture à une autre. Une façon de s’ouvrir et d’accueillir la nouveauté et de vivre des moments inoubliables.

Parfois vos hôtes ont des idées reçues, véhiculées par les médias (peu d’endroits du monde sont vierges d’antenne satellite) ou bien par nos prédécesseurs peu soucieux de leur comportement. Vous ouvrez une voie, quelle qu’elle soit, ne l’oubliez pas, d’autres vous suivront.

Quelques trucs et astuces pour tous vos voyages :

· Apprenez quelques mots avant de partir : c’est pratique et ça permet de nouer des liens avec vos hôtes!
· Pensez à bien demander la permission avant de prendre des photos, et encore mieux, les envoyer à votre retour!
· Prenez garde à votre tenue vestimentaire, particulièrement dans certains lieux de cultes ou dans la rue.
· Donnez des pourboires en rapport avec le coût de la vie.
· Négociez avec le sourire !
· Evitez de mettre en évidence vos objets de valeurs.
· Si vous amenez des fournitures, les enfants seront ravis mais le mieux c’est de les donner au professeur, car les dons isolés peuvent inciter à la mendicité et à la déscolarisation!
· Evitez de donner des confiseries, les enfants n’ayant pas toujours de brosse à dents.
· Quant aux médicaments, préférez les donner aux hôpitaux et dispensaires et gardez en tête que beaucoup de personnes dans le monde se soignent très bien avec les plantes.
· Respectez le patrimoine culturel (ex : je ne grave pas mon nom pour la postérité !). « Le patrimoine culturel est unique et irremplaçable. De simples gestes comme caresser de la main une statue de marbre provoquent un désastre quand ils sont répétés des milliers de fois » précise la Charte Ethique du Voyageur.

Et selon le pays que vous allez visiter :

· On se déchausse avant de rentrer dans les cabines d’essayage au Japon
· On n’évite de manger son tajine de la main gauche au Maroc (désolé pour les gauchers !)
· On ne caresse pas la tête d’un enfant au Viêt-Nam
· On indique une direction avec la paume de la main et non avec l’index en Thaïlande
· On ne s’énerve pas en Chine, c’est une attitude très mal perçue.

Renseignez-vous dans les guides touristiques et sur certains sites Internet qui vous orienteront vers les bons choix pour adopter les bonnes attitudes.

 

7. DECOUVREZ ET PRESERVEZ L’ENVIRONNEMENT

Tout au long de votre voyage, vous pouvez agir pour l’environnement : de votre séjour à l’hôtel, au choix de l’activité en passant par le transport que vous choisissez!

A l’hôtel

L’eau est une ressource précieuse, parfois même un luxe dans certains pays, alors économisons-la! Lors d’un séjour à l’hôtel, un client consomme en moyenne 400 litres d’eau par jour. Alors agissez et évitez par exemple de laisser couler l’eau pendant le brossage des dents car ce sont 12 litres qui s’écoulent par minute.

Laver une serviette demande une quantité importante d’eau, d’électricité et de détergent… Alors autant la changer seulement quand c’est nécessaire !

Certains hôtels possèdent des économiseurs d’énergie dans les chambres : placé à proximité de la porte, il gère les connexions électriques de toute la pièce, et limite ainsi la consommation d’énergie. D’autres n’ont pas encore adopté cette pratique, alors, quand vous sortez de votre chambre, n’oubliez pas d’éteindre les lumières et de couper la climatisation, tant pis s’il y fait chaud en y rentrant!

Lors de vos activités

Evitez le survol des sommets en hélicoptère, les balades en quad dans la forêt et le jet ski, des activités qui ont un effet désastreux sur les écosystèmes car elles génèrent beaucoup de bruit et une quantité importante de CO2.

Préférez des activités ‘propres’ telles que le vélo ou la marche. Quand vous vous promenez à la découverte de la faune et la flore, respectez les sentiers balisés, restez éloigné des animaux sauvages et évitez de les nourrir, pour ne pas modifier leur comportement naturel. Si vous faites de la plongée sous-marine, touchez la vie marine des yeux : les animaux n’ont pas besoin d’être nourris et le corail ne doit pas être touché car sa régénération prend des décennies.

Le golf se prête mieux à nos climats tempérés qu’aux pays chauds : le golf peut être l’un des plus gros consommateurs d’eau, mettant à sec les réserves des populations. Son arrosage peut être équivalent à la consommation d’eau d’une ville de 7 000 habitants! Eh oui!

Lors de vos déplacements

Sur place, choisissez des modes de transport doux comme le vélo ou les transports en commun pour profiter autant que possible du temps et des horizons nouveaux qu’offre le voyage responsable.

Lors de vos achats

Evitez d’acheter des souvenirs fabriqués à partir d’espèces menacées (corail, ivoire, tortue…).

Au restaurant

· Privilégiez les produits issus de l’agriculture biologique ou du commerce équitable… et les fruits et légumes de saison!
· Pas de tortue, ni de soupe d’ailerons de requins dans votre assiette! Renseignez-vous car la pêche de certaines espèces est soumise à restriction.
· Si vous souhaitez un barbecue dans la forêt, utilisez uniquement les zones prévues à cet effet.

 

8. STIMULEZ L’ECONOMIE LOCALE !

eg-083Voyage responsable, c’est aussi se poser la question de l’impact de son voyage sur l’économie locale et les populations. Lors de votre voyage, pensez local !

Au restaurant

Mangez local, c’est bon pour les papilles et pour votre empreinte. Cela permet de réduire les émissions de CO2 liées au transport et de soutenir l’économie de la région. Rien de tel qu’un cours de cuisine locale ou un pique-nique avec des produits achetés sur le marché.

Lors de vos achats

Privilégiez l’artisanat local pour soutenir le savoir-faire et l’économie de la région. Vous pouvez ramener dans vos valises un panier de spécialités de la région, un petit souvenir acheté sur le marché… Et mieux vaut éviter d’acheter un sac à main de luxe ou un tee-shirt de marque à un prix défiant toute concurrence, même si c’est tentant, car gardons en tête que nous seuls devons assumer les risques en encourageant la contrefaçon.

 

A VOTRE RETOUR DE VOYAGE :

9. PARTAGEZ VOTRE EXPERIENCE DES VOTRE RETOUR

eg-092Après vous êtes replongé dans la réalité du retour, essayez de repenser à ce voyage responsable et de vous poser les bonnes questions : Quel est le bénéfice de votre démarche pour la planète ? Pour vous ? Cette nouvelle forme de voyage répond-elle à vos envies ? Avez-vous réussi à équilibrer plaisir et respect?

Des questions se posent aussi sur l’empreinte laissée sur l’environnement et les habitants : avez-vous fait les bons choix pour limiter au mieux votre impact ? Avez-vous commis des impairs? Comment a été dépensé votre argent? Avez-vous remarqué les multitudes de projets novateurs, confidentiels parfois, qui permettent d’améliorer les structures d’accueil, les hébergements ou les transports ?

Un voyageur responsable, c’est un voyageur qui échange et contribue à l’ouverture des esprits. Alors racontez vos découvertes, vos étonnements et vos rencontres à votre famille, vos amis ou sur Internet. Un partage qui peut amener d’autres voyageurs à faire de même! Sur le blog voyageur-responsable.com, vous pouvez laisser s’exprimer votre expérience de voyageur responsable, et aussi, bien sûr, vous inspirer pour vos prochains voyages…responsables !

 

10. MAIS SURTOUT, PENSEZ A VOUS FAIRE PLAISIR !!!

eg-10-b3Voyage agréable, facile et pour tous !

Voyager responsable, c’est être conscient des impacts du tourisme et donner du sens à son voyage en respectant la planète et ses habitants… autrement dit un état d’esprit qui lie curiosité, découverte, plaisir et partage…

C’est avant tout un voyage normal, où l’on vient passer un bon moment tout en adoptant un comportement tout simplement plus citoyen, contrairement aux idées reçues. Notre volonté : prouver que voyage responsable rime avec plaisir, respect et simplicité.

C’est aussi choisir d’être à la fois consommateur et citoyen, autrement dit se poser la question de l’impact de son voyage sur l’environnement, l’économie locale, et les populations.

Vous étiez 34% à penser que le voyage responsable ne pouvait pas être compatible avec vos habitudes de voyage quelles qu’elles soient… Faux ! Le voyage responsable, c’est pour tout le monde, quelque que soit ton style de voyage : en France, à l’étranger, en camping, en hôtel club, en chambre d’hôtes, à la montagne, à la mer, en ville, pour tous les budgets…